Témoignage sur le Père Joseph Lépinay

 

Père Joseph Lépinay : Quelques souvenirs entre 1947 et 2012

par le père Luc-Marie Bouvier

               Mes frères aînés, élèves de Notre-Dame d'Orveau après la libération de la France, à l'heure du Ministère du "ravitaillement", de la "reconstruction", et des tickets de pain, donnés aux familles, et à présenter à l'économe d'un internat, ont entendus, dans un sermon, le Père Lépinay leur dire d'une voix forte et convaincue : "Venez communier, mes amis, c'est le Pain de Vie Eternelle... il ne vous est pas demandé de ticket pour vous en approcher. Vous le recevrez gratuitement."

                  En 1962, jeune professeur laïc à Saint-Michel, je le voyais s'occuper des petits, les faisant s'avancer en silence, lentement, pour se diriger, par les grands escaliers, vers la chapelle ou vers les salles de classe.

               En 1966, jeune religieux, j'allais me confesser au pavillon de l'infirmerie. Oh ! Que de dossiers, d'images, de documents dans sa chambre au premier étage. Je le voyais toujours disposé à défendre le petit, la veuve, l'orphelin.

                  En 1967 le Père Lépinay fut "prophète" : Devant le père Guitton auquel je demandais de m'arrêter en gare de Laval pour visiter quelques heures ma vénérée mère, notre doyen eu cette parole : "Quand on a sa maman, il faut en prendre soin". Huit jours après, Maman décédait. Après la sépulture, rentré à St-Michel je trouvais dans ma boite aux lettre une parole d'encouragement avec une citation de Ste Monique à son fils Augustin, pour un souvenir tous les jours à l'Autel du Seigneur. 

                    Dans les années 90, le Père voyagea avec le groupe des Pèlerins de Fatima pour leur retraite annuelle au Mont-Royal. Docile comme un enfant le père Lépinay se mêla au groupe pour les temps de prières, les visites, les échanges, les conférences, les célébrations à la crypte ou à la basilique.

                     En 1991 pour ses 80 ans j'invitais le père Lépinay à prêcher pour le dimanche de la Sainte Famille dans la chapelle des soeurs de l'Enfant Jésus à Neufchâtel-en-Saonois. Au presbytère avec le père Dauphin et les frères venus de Rennes, un bon déjeûner fut servit. Quelle belle rencontre alors pour les fils du Père Moreau.

                     Le Père Lépinay ne manqua pas de venir à Précigné pour la première Messe du père Jean-Marc le dimanche 12 décembre 1993. Avec l'aumônier, l'abbé Jean Champroux, et le père Bordier il reçut la bénédiction du jeune confrère, ordonné la veille au Mans.

                    En 2004, le père Lépinay vint me remplacer à Précigné pendant le pélerinage du centenaire de l'oratoire Saint Joseph. A trois reprise ensuite avec les soeurs et les confrères je me suis retrouvé à Rennes pour les diverses célébrations qui nous rassemblaient dans la paix et dans la joie autour de notre vénéré doyen.

                         Qu'il obtienne pour nous, de son grand ami Saint Joseph et de l'humble portier du collège Notre-Dame les faveurs célestes implorées avec foi.

P. Luc-Marie Bouvier csc